Mon contrat d’intérim a été reconduit. Ce qui tombe à merveille car les locaux se sont vidés lundi du fait de vacances organisées par le comité d’entreprise de la société dans laquelle je travaille. Grand vide dans les locaux, sont tous à Cuba !

Le drôle est que le site où je sévis a été choisi par des top-shots pour y tenir leur réunion-stratégique-à-vision-globale de deux jours mardi et mercredi. Une douzaine de grands pontes qu’il fallait accueillir, gérer, nourrir, récupérer à leur hôtel, envoyer au restau, etc.

Ce fut donc bibi, en intérim depuis moins de deux mois et l’hôtesse d’accueil, arrivée une semaine avant moi (!) qui avons géré ce petit monde. Boudiou quelle responsabilité !

OMG

Mes journées commencent habituellement à 9h. Leur réunion commençant à 8h30, j’avais prévu d’y être à 8h20 en tenue de combat : jupe noire et chemisier chic. Vacances scolaires oblige, ça devait bien rouler. Macache ! Gros accident sur l’A3. A3 fermée, A1 bouchée, chemins de traverse congestionnés. Arghl.

J’arrive à 8h31 pour m’entendre annoncer le drame : les vans qui devaient emmener mes top-shots du Hyatt -leur hôtel- au site, ont fait faux bond. Arghl. 10 messieurs et 2 dames attendaient dans le lobby. Que crois-tu qu’il arriva : les messieurs se sont tournés vers les dames ! Machisme, jamais tu ne lâcheras… Z’ont commandé des taxis et sont arrivés à 9h.

Une demi-heure de retard sur leur agenda chargé, ça commençait mal. Je les reçois, me confonds en excuses, leur distribue les badges visiteurs qui leur permettent de circuler dans le bâtiment, me confonds en excuses, les colle dans leur salle de réunion. Pfiou.

Je passe ensuite un coup de fil incendiaire au collaborateur de l’Hyatt qui gérait les vans. Il avait délégué et… Ma faute aussi : j’aurais dû appeler la veille. Un 4 étoiles, j’ai cru pouvoir m’en passer. Grossière erreur.

Je te dis pas comment l’hôtesse d’accueil a harcelé les livreurs de bouteilles d’eau, de snacks pour les pauses, et de coffrets repas pour les déjeuners de travail. Hors de question de louper la suite !

Mais va pas croire que c’était tout bon et que j’allais pouvoir vaquer...

Déjà, il te faut savoir que les salles de réunion sont à l’autre bout du bâtiment. Donc cavalcades régulières pour guetter que tout aille bien :
plateaux repas étiquetés - rédigés en français, donc post-it : ça c’est poulet, ça c’est bœuf, ça c’est végétarien,
anses des pots à café dans le bon sens - oui, j’ai le souci du détail,
restes de viennoiseries ôtés - distribution généraaaale pour les collègues,
etc.

V’là t’y pas que j’en chope deux, errant dans les couloirs. Eh bien, Messieurs, on est perdus ? Ils ne trouvaient pas les toilettes… J’avais pourtant balisé tout bien comme il faut. Mais non…. Je ramène mon p’tit monde là où il faut, leur rappelle que quand je dis que le badge leur donne accès à tout le site, c’est ouaouas inclus et retourne à mon poste.

Bonnemine

Là, le DRH France qui pistait gentiment que tout se passe bien, me dit « On dirait une surveillante générale, vous savez, la Surgé dans les lycées ! » Oui, je sais, je sais, c’est pas la première fois qu’on me dit ça, va.

Allons bon, les bouteilles de jus de fruit sont poisseuses. Je m’en vais les rincer… aux toilettes. V'là-t'y pas que je mets du sang tout partout ! Poisseuses elles étaient parce qu’une bouteille s’était cassé au-dessus, des p’tits bouts de verre avaient coulé partout et s'étaient collés dans la pulpe de mes doigts. Arghl.

Je nettoie les traces de sang, me colle du PQ sur les doigts, finis l’installation et fonce à mon bureau mettre des pansements sur mes didis. C’est ballot, je n’ai que des pansements à petits dessins. Le DRH est mort de rire.

 pansement

 La suite dès le prochain article, promis !

=^..^=