Nous sommes toujours mardi. C’est la pause méridienne. Je tricote des gambettes à l’autre bout du bâtiment faire du rangement car figure-toi que ces Messieurs-Dames ont accaparé une autre salle de réunion pour y tenir leurs appels téléphoniques et confcalls parallèles. Certains déjeunent dans cette autre salle, d’autres dans la salle d’origine, des cartons ont été posés dans le couloir… Faut que tout soit nickel, et rapidement, j’y tiens.

Je collecte les coffrets-repas, mets tout ça sur la charriotte. Enfer, un des coffrets n’a pas été entamé. Pourquoi j’en ai plus que 11 ? J’en avais commandé 12 ! On a bien distribué 12 badges ce matin !?! Z’en ont occis un sans me prévenir ? Où qu’il est le 12ème ? Où qu’il est ?

where is it

Maaah non, me dit l’hôtesse d’accueil, Respirez : y’en a un qu’est parti en milieu de matinée, même que  j’ai récupéré son badge. Pfiou.

La directrice n’avait justement pas le temps de déjeuner, elle récupère le plateau repas. Quant à bibi, j’attends mon déjeuner-sandwich pendant des plombes : fin de tournée, livreur en retard. Arghl. Tant pire, je me gave des restants de viennoiseries du break du matin, na.

Les top-shots ont décidé de terminer un peu plus tôt. Je gère : 2 vans vers l’hôtel. 6 dans l’un, 5 dans l’autre, ça fait 11. Tout va bien. Pfiou. Ils repartent vers l’Hyatt, leur dîner est réservé dans un restaurant typiquement français pas très loin, les vans les emmèneront et attendront pour les ramener. Je rentre retrouver mon gros matou (non, il n'est pas grassouillet)

Mercredi matin, je suis à mon poste à 8h20, toute aussi élégante bien sûr. Un van arrive. Bonjour. Good morning. Le restaurant vous a plu? Bonjour. Good morning. Bonjour. Allons bon, l’en manque. Où est l’autre van ? Où qu’il est l’autre van ? Qu’est-ce qu’ils ont fait de l’autre van ? Maaah non, me dit l’hôtesse d’accueil, le voici qui arrive. Crois-le si tu veux, il s’était perdu.

Les top-shots continuent leur réunion. La routine reprend, agrémentée de demandes supplémentaires : boarding pass, plans d’accès, retard d’avion, etc. Ces messieurs contactent leurs assistantes respectives outre-Atlantique, qui me contactent, je gère, transmets les infos aux assistantes, qui transmettent à leurs managers respectifs.

Seules les deux dames me contactent directement…

eye-roll 
J'ai tellement levé les yeux au ciel que j'ai vu mon cerveau

Une assistante dans le Michigan réclame mon aide : son boss doit passer des coups de fil et assister à une confcall à 16h, il ne sait pas comment faire depuis la France, il ne peut pas le faire depuis l’aéroport, au secours au secours. No problemo, voyons, Madame MiC est là. Je réserve un bureau à mon étage, l’hôtesse d’accueil commande un taxi, je repère le numéro à appeler depuis la France, et je rassure l’assistante : c’est tout bon.

Pratique,
l'assistante m’envoie la photo officielle de son boss, que je ne kidnappe pas un top-shot malgré lui. Ah oui... Okay, je réserve un autre bureau à parois vitrées ; le top-shot est joli garçon, autant que tout le monde en profite, non ?

Il était convenu que tout ce petit monde repartirait à 15h vers l’aéroport. Finalement, ça sera un peu à CDG, un peu l’hôtel. D’accord. Je collecte les noms. Ça m’en fait 4 vers CDG + 4 vers l’Hyatt + 1 en taxi + 1 qui a décidé de partir à Paris en UBER. 4 + 4 + 1 + 1 = 10 ≠ 11

omg

Arghl Non-mais-dis-moi-pas-que-c’est-pas-vrai que j’en ai encore perdu un !!! Je compte, je recompte, je questionne l’hôtesse d’accueil. Que tchi. Il m’en manque toujours un. Maaah non, me dit le DRH, Untel repart en voiture. Ah bon ? parce qu’il y en a un qui… veux pas l’savoir, veux rien savoir, veux que ça se termine.

Et ça se termine. Les vans sont là. Ces Messieurs-Dames quittent les salles. Good bye. Au revoir. Merci de me rendre votre badge. Au revoir. Badge. Good bye. Je sors vérifier que tout va bien du côté des vans. Et… Allons bon, que se passe-t-il donc ?

Ben Messieurs, qu’est-ce que vous fichez à tourner tout paniqués dans le sas d’entrée ?   Hum ?   Vous êtes coincés ?   Plus de badge pour faire demi-tour ?   Vous voulez faire demi-tour ?   Non, vous voulez sortir.   Ben quoi ?   Ah, je comprends : vous ne savez comment faire pour sortir.   Alors, on respire, on regarde autour de soi, et on fait un GROS effort pour réaliser que le grand interrupteur avec une étiquette dessus pourrait être une indication.

Je serre les dents, vais rendre les derniers badges à l’hôtesse d’accueil morte de rire, remonte signaler à la directrice que ouf, c’est fini. Le DRH est avec elle, content de voir les deux vans partir. Je ne résiste pas à lui raconter la dernière de ces Messieurs…. Devine : il se marre !

Bref, mission accomplie. Le lendemain, nous recevons un message de la part du chef des top-shots, nous remerciant pour l’accueil qui leur a été réservé, la qualité des repas, et que tout s’était bien passé malgré l’anicroche du premier matin. Pffff, je sens que ça va être l'anecdote 2017, ça.

mission accomplished

=^..^=